22/05/2015

Le label naturemade star: un emballage vide ?

naturemade.png

Depuis que les Services Industriels de Genève offrent ce choix, de nombreux genevois privilégient  un courant électrique un peu plus cher, mais produit dans des conditions écologiques irréprochables. Celles du label naturemade star, le plus fiable qui soit, puisqu’il « garantit le respect d’exigences écologiques supplémentaires plus sévères et étendues » selon l’organe de certification.

Comment expliquer dès lors que le barrage de Chancy-Pougny, et celui du Seujet, aient obtenu ladite certification, alors que le canton de Genève vient de conclure que l’état écologique du Rhône est le plus souvent très dégradé en raison, notamment, de l’entrave à la libre circulation des poissons et aux éclusées que produisent ces barrages ?

La réponse tient peut-être dans un examen attentif du comité qui délivre ce label. Sur dix membres, pas un seul pêcheur. Deux seulement sont membres d’une organisation de protection de l’environnement. Les huit autres sont, pour la plupart, producteurs ou distributeurs d’électricité !

Faire payer plus cher à ses clients un courant électrique que l’on a soit même certifié comme étant exemplaire sur le plan écologique pourrait prêter à sourire. Pourtant, dans la mesure où leur certification par ce label atteste qu’ils sont conformes, ce système bloque depuis des années toute tentative d’assainir ces deux barrages

Heureusement, la nouvelle loi sur la protection des eaux, issue de l’initiative Eaux Vivantes de la Fédération Suisse de Pêche, devrait changer la donne. En tout cas, depuis qu’un fond de la Confédération pourrait prendre en charge l’assainissement de ces deux barrages, plus personne ne conteste, ni aux SIG ni à l’Etat, qu’ils ont un impact important sur l’écologie du Rhône…

Il aura donc fallu attendre que d’autres payent la facture pour que le caractère ambigu du label naturemade star éclate au grand jour, et qu’enfin il soit possible d’espérer une bonne nouvelle pour toute la faune aquatique du Rhône. Belle philosophie.

 

C.Ebener

22:41 Publié dans Environnement | Tags : sig, rhône, pêche | Lien permanent | Commentaires (0)

11/05/2015

Parler pêche, à quoi bon?

pêche,nature,environnement,politique

Dans l’imaginaire collectif, les pêcheurs sont des gens sympathiques, qui passent leur temps au bord de l’eau dans le calme et la quiétude.  La première assertion, tout le monde en conviendra, est véridique. La seconde, en revanche, est doublement fausse.

D’une part, la pêche de loisir est une activité dans laquelle les pêcheurs se confrontent à des émotions intenses et uniques, qui vont de la déprime profonde, mais de courte durée, à l’euphorie la plus extrême. (Pour en savoir plus sur ces torrents d’émotion, voir le livre de Jacques-Etienne Bovard : « la pêche à rôder », éditions Campiche.)

 D’autre part, la présence des pêcheurs le long des cours d’eau genevois n’est pas la conséquence d’une désinvolte contemplation de la nature, mais la résultante d’un intense et continu travail pour que l’exercice de la pêche et les conditions d’existence des poissons soient maintenus, voire améliorés. Les sociétés de pêche travaillent ainsi d’arrache pied pour que l’accès aux cours d’eau reste possible et pour que la qualité de nos cours d’eau progresse. Les pêcheurs ne comptent aussi pas leurs efforts pour que l’habitat des poissons soit maintenu, ou pour que la pression des oiseaux piscivores soit compatible avec la survie des poissons les plus fragiles. Ils passent des nuits blanches pour que les poissons puissent circuler librement le long de nos rivières, et rêvent d’un Rhône sans barrage et sans éclusées.

 Dans un canton aussi fortement urbanisé que Genève, dans lequel tous les cours d’eau, à l’exception d’un seul (la Seymaz),  reçoivent leur eau d’un canton ou d’un pays frontalier, le maintient d’une pêche de loisir de qualité est  donc souvent difficile, et les pêcheurs sont parfois proche de la crise de nerf !

Les textes que j’ai l’intention de publier ici ont pour unique objectif de rendre visibles les multiples difficultés auxquels sont confrontés les pêcheurs lorsqu'ils travaillent pour que subsistent dans nos cours d’eau des poissons inféodés aux eaux limpides et claires. L’enjeux est de taille : agir pour que développement économique et environnement de qualité ne soient pas incompatibles.

 C.Ebener