11/12/2017

Un oiseau est mort. Ne tirez pas sur les pêcheurs!

obre-mig.jpg

D’accord, un bel oiseau noir a été tiré par les gardes de l’environnement sur l’Arve.

C’est vrai, il a été tiré parce qu’il vivait normalement sa vie de cormoran, en pêchant là où la pêche est rentable. Et comme ses congénères, il aurait quitté les lieux lorsque le rendement de la pêche allait baisser, c’est à dire lorsqu’il n’y a plus grand chose à prendre.

Avant cet instant, le dilemme. Certains estiment qu’il se serait nourri des poissons les plus abondants. D’autres, dont les pêcheurs, se demandent bien quels poissons sont abondants dans l’Arve, et indiquent que les seuls poissons qu’ils observent sur ces zones de pêche sont des jeunes ombres de rivière, espèce autrefois répandue, mais aujourd’hui menacée partout en Suisse.

Peut-être qu’un jour, une analyse des contenus stomacaux viendra donner raison aux uns, et tort aux autres.

En attendant, la réalité sur le terrain est que cette population d’ombres genevois, bien différente des autres sur le plan génétique, est tellement clairsemée que toutes les mesures de conservation sont importantes, même le tir de quelques oiseaux piscivores. Et qu’on ne vienne pas me dire que les pêcheurs participent eux aussi à l’appauvrissement des ressources de ce cours d’eau : les statistiques des captures des ombres sont nulles, et archi nulles, depuis plus d’une décennie !

Bien sûr, le tir de quelques oiseaux ne fera pas de l’Arve la rivière exceptionnelle qu’elle était il y a un demi-siècle. Mais il permettra, peut-être, à quelques poissons supplémentaires de pondre des œufs le printemps prochain, ce qui n’est pas rien.

Le temps, et croyez bien que les pêcheurs y engagent toutes leurs ressources, que cette rivière emblématique du canton retrouve une morphologie et une qualité compatible avec l’essor de ce poisson magnifique, si bien adapté à ce cours d’eau.

Christophe Ebener

17/11/2017

Que Sami Kanaan montre ses seins!

a24d457b2913af2f6bab08b7b3d6bf17.jpg

Génial, Sami Kanaan a décidé, en bon chat de salon, qu’il ne fallait pas arbitrer. Seins nus contre burkini. Les deux portant visiblement les mêmes valeurs de liberté, on verra dorénavant l’un et l’autre dans ses piscines.

De facto, il valide donc le fait que ce qui n’est pas caché est offert, même à l’heure du bain ! Et donne raison à tous ceux qui estiment qu’une paire de fesses ou de seins par trop visible est soit une provocation, soit une invitation silencieuse à un coït rapide. 

Que ceux qui trouvent mes paroles exagérées tentent le coup, et passent une journée en montrant leurs rondeurs, et on verra, face à la lourdeur des regards et aux remarques salaces d’une caste d'abrutis qui se sent de plus en plus légitimée à se comporter dans l’espace public genevois comme elle le ferait dans les lieux les plus conservateurs du machisme méditerranéen, si ils ont encore envie de recommencer !

De mon côté, j’irai, encore plus qu’avant, nager à poil dans des piscines privées en compagnie de seins nus que personne, valeureux vestige de mai 68, n’aurait à l’esprit de considérer comme un blasphème ou une provocation sexuelle.

De leur côté, les électrices de Sami Kanaan continueront à devoir cacher leurs formes sous des pulls en laine et des vestes trop grandes pour elles dans les bus et les trains de nuit.

Il y a des jours où on est content de ne pas être socialiste !

 

Christophe Ebener

23/08/2017

Souriez, une nouvelle espèce!

black bass.jpg

François-Alphonse Forel, l’illustre naturaliste et limnologue suisse, disait en 1898 à propos de l’introduction de la perche soleil (espèce nord-américaine) : «Il est à espérer que cette jolie espèce se reproduira dans notre lac et enrichira définitivement nos eaux...». (1)

Aujourd’hui, les temps on bien changé, et chaque fois qu’une nouvelle espèce apparaît dans un écosystème, tout le monde se demande quel déséquilibre catastrophique cette dernière va bien pouvoir produire.

Le silure glane, maintenant bien présent dans le Rhône et le Léman n’échappe pas à la règle. Peu de poissons ont en effet eu l’honneur de faire l’objet d’autant d’articles dans la presse romande.

Le prochain à faire parler de lui sera probablement le black bass, originaire d’Amérique du Nord, dont les captures deviennent régulières dans le Rhône. Sur lui, on dira, comme on l’a fait pour le silure, qu’il va détruire les stocks de perches, ou alors qu’il a un appétit démesuré, comme on a pu l’entendre autrefois sur le brochet, dont on disait qu’il mangeait chaque jour son propre poids en poissons…

Et pourtant, qui se souvient que les barbeaux, qui constituent la majeure partie de la biomasse piscicole du Rhône ont été introduits, tout comme les carpes et les brèmes ? Et que dire des végétaux cultivés ici, dont la plupart ne sont pas européens? Même nos vénérables platanes, qui suscitent toujours un immense élan de sympathie à chaque épisode d’abattage, ne sont pas indigènes. Ni la classique luzerne, originaire de la région Caspienne, et amenée ici par les hommes il y a plus de 8000 ans.

Ainsi, et c’est un fait incontestable, peu d’espèces exotiques on réellement un impact négatif sur la nature. Les quelques cas problématiques qui sont mis en avant sont toujours les mêmes, et on passe sous silence - stratégie sciemment développée par la frange la plus conservatrice mais pas la plus rigoureuse sur le plan scientifique des défenseurs de la nature, - les nombreuses espèces non indigènes qui se sont acclimatées ici sans poser problème.

Plutôt que de crier au loup, ne pourrait-on pas reconnaître qu’en raison des multiples épisodes glaciaires que l’Europe a connu, la diversité en poissons est très faible dans les lacs et cours d’eau suisses (15 espèces natives dans le Léman, à comparer aux centaines d’espèces différentes qui peuplent certains lacs africains), et qu’à ce titre, on devrait plutôt se réjouir qu’une espèce ou une autre vienne enrichir la diversité locale ?

 

Christophe Ebener

(1) http://www.unige.ch/sphn/Publications/ArchivesSciences/AdS%202004-2015/AdS%202005%20Vol%2058%20Fasc%203/183-192_58_3.pdf

18/05/2017

Commission de la faune : le délice de l’entre-soi

chuchoter.jpg

Depuis que je tiens ce blog, je défends l’idée que la nature est un enjeu démocratique réel, qui ne saurait donc être laissé à ceux qui se réjouissent d’en être les porte-paroles autoproclamés.

Or, et jusqu’à 2012, deux personnes, pas une de plus, décidaient quelles espèces animales pouvaient être régulées dans le canton, et lesquelles ne le pouvaient pas. Deux défenseurs de la cause animale, et non des protecteurs de la nature, la nuance est d’importance, ont donc pu, au sein de la commission constitutionnelle de la faune, s’opposer, et sur des bases le plus souvent sentimentales, aux décisions d’autres commissions ou des administrations, et imposer leur vision de la nature à tout un canton !

Adoptée en 2012, la nouvelle constitution genevoise effaçait la base constitutionnelle de cette commission. On s’attendait donc à ce que cette structure soit dissoute. Or, en 2015, avec la bénédiction de quelque service de l’Etat et suite à un tour de passe-passe règlementaire d’anthologie, la commission de régulation de la faune reprenait les prérogatives de l’ancienne commission constitutionnelle, et poursuivait donc son travail de sape pour que quelques fonctionnaires et deux représentants des milieux associatifs perpétuent la belle tradition genevoise de choisir, bien au chaud et entre soi, quels objectifs de conservation de la nature méritent d’être poursuivis, et lesquels ne le méritent pas.

Jeudi dernier,  le Grand Conseil avait enfin l’occasion de mettre fin à cette prise d’otage, en supprimant la base légale de cette commission. Il a décidé de ne rien décider.

Bref, à l’horizon des préférences personnelles d’une poignée de militants, les oiseaux continueront pour un temps encore à être placé en haut d’une pyramide imaginaire, et les poissons et leurs écosystèmes si menacés, en bas.

 

Christophe Ebener

Rapport annuel de la commission de la faune : les poissons existent bordel !

calc_original_take-w556.jpg

Le rapport annuel de la restreinte commission de la régulation de la faune (elle ne réunit que deux représentants issus de deux associations) l’atteste avec une objectivité qui m’a laissé sans voix  durant plusieurs jours: Genève est le seul canton suisse qui n’héberge pas de poissons menacés! En tout cas, et contrairement aux cantons et départements voisins, les oiseaux piscivores n’y sont pas vu comme une menace pour ces derniers.

 On a en effet beau chercher dans ce rapport les termes « oiseaux piscivores », ou «poissons », aucun des deux n’y figure !

 Et ceci alors que plusieurs motions, signées à l’unanimité des membres de la Commission de la Pêche et issues d’un consensus longuement négocié avec les représentants des associations de protection de la nature et les partis politiques, reconnaissent dans certains cas la primauté de la conservation des poissons menacés sur celle de certains oiseaux piscivores. En d’autres termes, le fait qu’en certains lieux et qu’à certains moments, le tir de quelques oiseaux piscivores soit nécessaire pour protéger des poissons indigènes, que même les pêcheurs ne capturent plus, est un principe largement accepté.

Comment, dès lors, expliquer qu’un tel consensus soit jugé suffisamment anecdotique pour ne pas figurer dans un rapport annuel, seule trace officielle de l’activité de cette commission ?

La réponse est évidente : la commission n’a simplement jamais jugé nécessaire d’en parler, tant l’accord tacite qu’on ne tire pas des oiseaux à Genève est fort entre quelques représentants de l’état et cette commission. Cette véritable omerta est grave, car elle fait de la nature genevoise une entité privée sur laquelle seule une poignée d’apôtres autoproclamés se donne le droit d’agir.

 

Il est temps que ça change !

 

Christophe Ebener

16/05/2017

Le Rhône est-il une zone villa ou une forêt primaire ?

foret-primaire.jpg

Les forêts primaires sont des forêts qui ne sont pas exploitées par les humains. Pourquoi la nature qu’on y trouve est-elle si différente de celle d’une zone villa ?

Evidemment parce que l’usage qu’on en fait rend difficile la présence d’arbres centenaires et de grands mammifères. Mais aussi, et on y pense moins souvent, parce qu’il existe un consensus qui stipule que lorsque les humains exploitent un écosystème, ils y apportent une panoplie de valeurs qui va à son tour le remodeler. Dans une zone villa, certains planteront ainsi des arbustes exotiques aux parfums sublimes, tandis que d’autres s’inspireront des campagnes du XIXè siècle pour planter des aubépines et des églantiers. Ce principe est tellement ancré dans nos valeurs, qu’à personne il ne viendrait à l’esprit d’imposer à ces zones la présence de grands ongulés ou de supers prédateurs !

 Le Rhône genevois, avec ses trois barrages hydroélectriques qui se dressent face à la faune aquatique, ses débits qui varient du simple au quintuple en quelques heures  et ses vidanges régulières tient-il donc plus d’une forêt primaire ou d’une zone villa?

 De l’une ou l’autre réponse dépendra une gestion différente de la pêche.

 Des surprises, assurément, il y aura !

A suivre.

Christophe Ebener

24/04/2017

Pourquoi parler des poissons, alors que les oiseaux sont si jolis?

Allondon.JPG

Le vendredi 21 avril, rendez-vous avait été donné aux pêcheurs du canton pour relâcher 30 000 alevins de truites de rivière dans l’Allondon, cours d’eau emblématique de la pêche genevoise, pour lequel, rappelons-le, plus de 100 millions ont été investi par les collectivités publiques genevoises et françaises afin de débarrasser définitivement cette rivière des effluents néfastes d’une importante station d’épuration.

Ce jour là donc, les pêcheurs se réunissent sur le parking principal du vallon de l’Allondon, au milieu duquel trône un majestueux panneau d’information. On y parle du cincle plongeur, du loriot d’Europe et de la fauvette à tête noire. Je n' y ai pas vu de poissons, alors que l’Allondon, sauf erreur, est une rivière exceptionnelle qui abrite plusieurs espèces figurant sur la liste rouge des espèces menacées de Suisse, et que c’est pour profiter de ses eaux fraiches que les genevois se rendent si volontiers sur ses rives.

Les bouteilles du vignoble de la République devant le panneau ? Pour me donner du courage. J’en manque parfois en ces journées d’avril…

 

Christophe Ebener

21:47 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0)

30/01/2017

La concertation avec les technocrates, ça sert à quoi ?

Capture d’écran 2017-01-30 à 16.13.35.png

La plupart des chefs qui le sont devenus grâce à leurs brillantes études adorent la concertation, la planification, les réunions et toute une série de processus longs et coûteux qui se terminent en «ion », dont l'intérêt principal est d’aboutir à des décisions frileuses tout en diluant les responsabilités, et donc de se maintenir en place.

Appliqué aux eaux genevoises, cet état d’esprit n’a pas démérité : des réunions ont réuni des gens de tous bords, des indicateurs ont indiqué des milliers de choses, et des études ont conclu qu’il fallait étudier plus. Pendant ce temps, les truites ont disparu du Rhône, les captures dans l’Arve se sont effondrées, et la somme annuelle des poissons capturés dans l’Allondon est inférieure au nombre de prises conservées par un seul pêcheur dans les années quatre-vingts ! Tout cela en une génération !

La conclusion qu’il faut en tirer est simple : la concertation et ses milliers d’heures de travail bénévole n’a servi qu’à accompagner la lente agonie des rivières genevoises.

Autrement dit, les défenseurs des cours d’eau seraient bien inspirés de renoncer à leurs alliances contre-productives avec les pouvoirs en place, et de partir en croisade contre les ennemis de la vie aquatique. Sans cela, il ne restera bientôt rien d’autre que des populations en voie de disparition et des bassins d’élevage pour des truites de pisciculture.

 

Christophe Ebener