08/01/2018

Combien de poissons attrape-t-on à Genève?

cadre.jpg

Les pêcheurs genevois sont très disciplinés. A chacune de leur sortie, ils sont tenus de marquer, dans un carnet officiel, dans quel cours d’eau ils pêchent, et quels poissons ils ont capturés.

Ensuite, un gentil Cendrillon de l’Etat compile ces données, et au dernier coup de minuit, soit au repas de noël de la Commission de la Pêche, il vient présenter une synthèse du rendement de la pêche dans les cours d’eau genevois.

Pour les chiffres de 2016, fraîchement parus, je vous propose de répondre aux trois questions ci-dessous.

Ce sera l’occasion de comparer vos attentes et vos suppositions à la réalité des faits, qu’on espère pas trop dure….

  1. Combien de truites en moyenne chaque pêcheur a-t-il capturé dans le Rhône en 2016?
  2. Combien de fois faut-il aller à la pêche dans le Rhône pour capturer au moins une truite?
  3.  Combien de truites ont été capturées dans la Versoix en 2016 ?

Vos réponses dans les commentaires ci-dessous. A celui qui est le plus proche de la réalité, j’offre le permis de pêche 2018 !

Deux indices pour bien débuter :

  • 2016 a été une année de vidange abaissement homéopathique des barrages  du Rhône genevois.
  • L’administration genevoise considère que les pêcheurs sont des emmerdeurs de première !

 

Bon courage.

Les réponses jeudi soir !

 

Christophe Ebener

Commentaires

Poisson? On n`en attrape plus depuis que je l`ai attrapé :))

Écrit par : JJ | 08/01/2018

Si vous aimez taquiner la truite, je vous conseille celle de Schubert, pile dans l'actualité, une mise en garde contre les séducteurs de jeunes-filles.

1. 3
2. 7
3. 150

Écrit par : scherzo | 08/01/2018

Pas le temps de répondre à toutes vos questions. Je dirais au minimum 50 truites par an et par pêcheur.

Écrit par : prochedeleau | 08/01/2018

Le Rhône est rempli de poissosns. Je les vois chaque été.
On doit en capturer des milliers

Écrit par : Pat | 08/01/2018

Trouvé :)

"La Commission internationale de la pêche dans le Léman s'est réunie à Sion (VS) le 5 octobre 2017 pour son bilan annuel des activités piscicoles. Du côté français comme du côté suisse, avec plus de 1'000 tonnes de poissons capturés,

l'année 2016 présente des rendements soutenus malgré une légère baisse de 8,5% par rapport à l'année précédente.

7'770 pêcheurs de loisirs (auxquels se rajoutent près de 11'000 cartes temporaires) et 139 pêcheurs professionnels (-9 par rapport à 2015) se sont partagé la surface du Léman en 2016. Le tonnage total de captures, toutes espèces confondues, s'élève à 1'047 tonnes. La pêche professionnelle représente la plus grande part des captures (94%) avec 983 tonnes de poissons pêchés.


La perche et la féra toujours en tête de file

Près de 90% des rendements de la pêche lémanique repose toujours sur les deux mêmes espèces : le corégone, communément appelé "féra" (736 tonnes) et la perche (192 tonnes). Pour la première fois en cinq ans, la perche voit son tonnage augmenter (+12% par rapport à 2015). La féra enregistre elle une baisse sensible (-12 % par rapport à 2015). La Commission suit l’évolution de la situation de ces deux espèces avec vigilance.

Une baisse des effectifs est constatée chez la truite, l’omble-chevalier et le brochet avec des captures qui s'élèvent respectivement à 11, 17 et 43 tonnes (-21 % pour la truite, -23% pour l'omble-chevalier et -8.5% pour le brochet par rapport à 2015).

Les captures d'écrevisses américaines affichent, quant à elles, une hausse marquée en 2016 avec plus de 13 tonnes capturées (soit +30 % par rapport à 2015). Une augmentation régulière au cours de ces dernières années qui atteste que les pêcheurs ont su exploiter cette espèce invasive."

https://www.ge.ch/actualite/peche-leman-2016-malgre-nouvelle-baisse-nombre-captures-reste-toujours-important-16-10-2017

Écrit par : Patoucha | 08/01/2018

Avec les millions dépensés pour renaturer les rivières, les chiffres ont intérêt à être élevés!

Écrit par : observateur | 08/01/2018

Les commentaires sont fermés.