30/12/2016

Adieu flux d’ouest, je t’aimais bien !

flux_ouest.png

Il rendait nos automnes favorables aux champignons, et enneigeait nos montagnes en hiver. Des étés tempérés et des nappes phréatiques pleines au printemps, c’était aussi grâce à lui.

En son absence, la carte des dangers d’incendie est devenue toujours plus rouge, et les arbustes des haies genevoises ont perdu leurs feuilles avec plus d’un mois d’avance. Les truites sont mortes dans nos rivières asséchées et je skie depuis une semaine sur la glace des canons à neige.

Le pire, c’est que sa venue n’est même pas envisagée sur un seul scénario des modèles numériques de prévision du temps. A perte de vue, c’est bis repetita : soit un énième renouvellement anticyclonique, soit un flux méridien !

Franchement, le réchauffement climatique sans flux d’ouest, j’en veux pas !

 

Christophe Ebener

Commentaires

Volens nolens, c'est la même chose. A propos, les canons à neige, ça ne contribue pas un peu au réchauffement? Toute cette énergie n'est-elle pas un gaspillage supplémentaire?

Écrit par : Justice | 30/12/2016

Cher Christophe,
en effet, comment ne pas observer avec une certaine crainte teintée de regrets cet hiver complètement SEC ... comme disait l'autre: le RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ... C'EST MAINTENANT !

Écrit par : Maxime Prevedello | 30/12/2016

J'aime. Mais je ne partage pas votre pessimisme.
Bon d'accord, on est lent. Mais on fait le job au final. Car si ce n'était pas le cas, il y a longtemps qu'on ne serait plus là.

Écrit par : Pierre Jenni | 30/12/2016

Les commentaires sont fermés.